Psychiatrie – Instructions pour les actes avec temps prescrit

La RAMQ exige le temps facturé pour les actes suivants.
  • T – Thérapie
  • F – Thérapie auprès d’un parent
  • W – Thérapie familiale
  • X – Thérapie de groupe
  • S – Suivi de dossier (sauf le S0)
  • E – Entrevue avec un tier
Le temps est automatiquement ajouté à votre demande de paiement dans la case “Renseignements complémentaires”.
Xacte affiche ces informations dans votre grille à titre informatif seulement. Les temps ne de DOIVENT PAS être utilisés afin de combler le temps. (Ex. il est tout à fait normal d’avoir 1 heure de temps minuté pour une période 4 heures de travail. Il n’est pas normal d’avoir 4 heures de temps travaillé et 4 heures de temps minutés en plus de plusieurs codes non minutés (Ex. PVCN)).  Il n’y a pas de relation directe entre le temps travaillé et le temps minuté total. Cela dépend des actes que vous avez posés.

Textes du “Psychiatre Express” du 1e avril 2015 publié par Dr Igartua

1- La double facturation : En 2009, nous avons entamé le virage du non-minutage. Depuis ce temps, nos actes non-minutés se sont multipliés. Je vous ai toujours incité à penser à votre facturation en termes de travail accompli (de livrables) plutôt que d’heures passées à l’hôpital. À plusieurs reprises, j’ai demandé aux principales compagnies de facturation de retirer le calcul d’heures de leur logiciel mais cela n’a pas encore été fait. Malheureusement, certains psychiatres combinent actes non-minutés (pour lesquels ils allouent un temps minimum aléatoire) avec un calcul de temps passé à l’hôpital et « remplissent les trous de leur plage horaire » avec des actes minutés. Par exemple, ils auront fait huit visites de réévaluation dans une demie journée à l’interne et puisque leur logiciel de facturation indique que cela prend cinq minutes par visite, ils se rajouteront trois heures de tarif horaire ou d’intervention de suivi pour arriver à 3h40 min. Ceci n’est pas une méthode acceptable. Présentement, la RAMQ enquête et réclame des remboursements de certains médecins et sachez que l’AMPQ ne pourra pas défendre ce type d’abus.
2- L’intervention de suivi : La RAMQ enquête plusieurs médecins qui font une facturation très élevée de ce code d’acte, soit en nombre absolu ou en temps exagérés. Assurez-vous de n’utiliser ce code que lorsque vous avez de réels échanges cliniques avec des membres de votre équipe de soins. Antérieurement, plusieurs avaient l’habitude d’utiliser ce code en « bouche trou » pour des actes pour lesquels des codes spécifiques n’existaient pas. Or, cela ne devrait plus se produire. Nous avons des codes pour nos actes principaux. Par ailleurs, il est important que vous sachiez que dans plus d’un cas, la RAMQ allègue qu’il n’y a pas de trace au dossier à l’effet que les interventions avec le personnel clinique ont eu lieu. Je vous incite donc à laisser le plus de traces possible dans vos notes. Prenez l’habitude de commencer chaque note avec le détail de ce que vous avez fait. Par exemple : « patient évalué, famille rencontrée et cas discuté avec l’équipe ». Nous sommes parfaitement conscients que vous n’avez pas toujours le dossier devant vous, et que souvent un membre de l’équipe documentera l’échange que vous avez eu. Le rapport de la discussion n’est pas nécessaire pour facturer l’acte mais une trace que la discussion a bel et bien eu lieu vous aidera si jamais vous êtes enquêtés.